AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Comme la brise... [Fujitaka Kinomoto]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tsukishiro Yukito / Yué

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 25/03/2010

Caractéristiques
Expérience:
1000/1000  (1000/1000)
Niveau:
Cartes/Plumes/Objets : :

MessageSujet: Comme la brise... [Fujitaka Kinomoto]   Mer 21 Avr - 2:25

Spoiler:
 
Yukito était en cours depuis quelque temps maintenant, écoutant de son mieux l'enseignant alors que ses pensées volaient bien au loin. Elles voguaient et valsaient dans un tourbillon d'idées toutes plus différentes les une que les autres. Ce qui rendait la concentration ardue, très ardue. Surtout que la matière du jour n'était que simple révision de quelque chose qu'il devait très certainement connaître par coeur. Pas de quoi attirer assez son esprit pour le maintenir au sol. À peine assez puissant pour faire parfois dévier ses yeux vers le professeur de temps en temps, alors qu'il préférait se perde loin, bien loin dans l'horizon. Tomoeda était certes un endroit où l'on pouvait se sentir bien. Il aimait cette ville, il aimait ses habitants...un peut-être plus en particulier.
Un mince sourire flotta sur son visage quelques instants alors qu'il y pensait. Il essaya de se concentrer à nouveau sur la matière, mais ses idées divaguaient du chemin tracé. Il avait beau y mettre toute sa motivation et sa volonté, ce n'était pas assez pour empêcher des images clairement agréables d'envahir son esprit. Les cours de révision n'étaient décidément pas sa tasse de thé. Il appuya sa tête sur sa main droite, les yeux fixés sur le maître de classe. Essayant, essayant et essayant tant bien que mal de suivre son discours. Tant de choses plus agréables à penser, plus importantes et urgentes à penser.
C'est donc avec grand soulagement qu'il accueillit la fin des cours. Se redressant sans plus attendre, il se dirigea vers la sortie. Il devait prendre l'air. Simplement pour se rafraîchir, pour aérer sa tête un peu trop remplie. Toya lui avait dit qu'il avait quelque chose à faire à la fin des cours et Yukito l'avait laissé partir sans rien dire.
Le passage de l'intérieur à l'extérieur fut pour lui comme une grande bouffée d'air. Il avait besoin d'espace depuis quelque temps. Il s'était créé une bulle autour de lui, l'éloignant légèrement du monde, sans qu'il ne comprenne trop pourquoi. Il préférait rester seul, pas trop entouré. Évidemment, comme d'habitude, mais là c'était beaucoup plus consciemment. Il se contentait de voir Toya – le plus souvent possible – comme si la solitude était préférable au groupe. Était-ce un relent de sa forme originelle ? Il n'en savait rien. Peut-être que Yué hors service, ce dernier se manifestait inconsciemment. Un frisson lui parcourut la colonne. L'image qui s'était formé dans sa tête n'était pas pour lui plaire, ainsi, il refoula le tout dans un coin de sa tête, se disant qu'il se faisait beaucoup trop de film et qu'il était mieux de penser à lui pour une fois.
Baillant aux corneilles, il se dirigea vers un arbre, s'étirant un peu. Il s'était passé tant de choses ces derniers temps. Trop de problèmes, trop de pression. Sa faiblesse, le risque de mortalité chez Yué – qui l'aurait entraîné dans la mort – l'aide in extremis de Fujitaka et du jeune Eriol, la faiblesse de ses derniers, sa culpabilité de toujours demander d'attention alors que ce n'était pas vraiment sa faute, la carte qui en brisant le sceptre enferma Yué en lui. Il y avait de quoi vouloir dormir pour le reste du siècle, mais il n'avait pas à se plaindre...
Soupirant de bien-être, il se laissa tomber sur le banc qui gisait sous l'arbre. Un de ses endroits préférés. Il y venait lorsqu'il se retrouvait seul par un quelconque hasard et qu'il devait passer le temps. Il ne savait pas si Toya voulait qu'il l'attende ou pas, s'il allait repasser par la porte d'entrée, mais ça ne lui importait peu. Le pire qui pouvait arrivé, c'était qu'il attende pour rien et encore là, ce n'était pas grand chose. Il aimait être avec les autres, mais être seul lui permettait de faire le point. Lui, simple forme d'emprunt, simple réceptacle. Il lui arrivait parfois de se demander s'il était réel. Il avait faillit disparaître comme un fantôme, et disparaissant momentanément lorsque Yué le décidait. Il baissa les yeux sur ses chaussures. Peut-être avait-il peur en fait. Peur de réellement disparaître. Peur de ne plus revoir ceux qu'il aimait. C'était ce qu'il cachait derrière son sourire si heureux, si doux et rassurant. Il cachait quelqu'un qui doutait beaucoup plus qu'il ne le laissait voir.
S'appuyant le dos contre l'arbre en arrière de lui, il ne vit pas le sommeil venir. Il avait passablement mal dormit la veille, mais n'aurait jamais cru qu'il s'endormirait à l'école, comme ça, d'un coup. Il avait simplement fermé les yeux et son âme s'était envolé dans les méandres des berceuses de Morphée.
Revenir en haut Aller en bas
Kinomoto Fujitaka
Réincarnation de Clow [Admin]
avatar

Messages : 399
Date d'inscription : 30/04/2009
Age : 30
Localisation : Avec Sakura et Yuko / Avec Domeki

Caractéristiques
Expérience:
1390/2000  (1390/2000)
Niveau: 6
Cartes/Plumes/Objets : :

MessageSujet: Re: Comme la brise... [Fujitaka Kinomoto]   Dim 25 Avr - 18:43

Spoiler:
 

Il était dix-sept heure de l'après midi lorsque Fujitaka Kinomoto rentra à Tomoéda en voiture, empruntant la grande route qui rejoignait Tokyo à sa ville. Le retour se passa comme à l'allée, c'est à dire, dans le plus grand calme, slalomant un coup à droite puis un coup à gauche, entre les voitures arrêtées et sans conducteurs à l'intérieur. Il commençait à avoir l'habitude de conduire de cette manière car toute la journée au volant de sa toto, il avait recherché des gens qui comme lui, se seraient retrouvés seuls dans ce monde parallèle. En vérité, son arrivé dans cet autre monde datait seulement de la veille. Et depuis son arrivé, le professeur d'archéologie n'avait pas eu une minute de repos.

Tout d'abord, Fujitaka Kinomoto avait fait son apparition dans un grenier « spécial ». Il n'y resta qu'un court temps avant qu'il voit arriver deux adorables jumelles du nom de Marudashi et Morodashi, qu'on appelait plus communément, Maru et Moro. Euphoriques, les deux petites filles l'avaient emmené dans le salon au rez de chaussée, le professeur avait rapidement compris qu'il se trouvait dans une maison. Une fois dans le salon, la seconde réincarnation de Clow Read fit la connaissance de la propriétaire, Yuko Ichihara, la sorcière des dimensions. À coté d'elle, les jumelles avaient passés la majeur partie du temps à câliner leur 'mère' qu'elles appelaient « maitresse ».

Kinomoto-san avait donc salué cette mystérieuse et belle femme qui tout de suite, avait cherché à lui faire exaucer un vœu alors qu'il n'en avait pas. En vérité, il en avait bien un mais le souhait du professeur n'était autre que celui qu'on ne pourra jamais exaucé car aussi douloureux que cela puisse causer, personne ne pouvait faire revenir une personne à la vie. Le vœu le plus cher de Kinomoto-san était évidement celui de ressusciter sa défunte épouse, la maladroite mais angélique Nadéshiko, morte lorsque Toya n'avait tout juste que 8 ans et Sakura à peine 3 ans. En parlant de cette dernière, Sakura n'était pas loin puisque elle aussi se trouvait dans cette boutique, en compagnie de la grande femme aux allures félines.

Dans ce salon, Fujitaka fit également la rencontre d'une dernière personne, une sorte de boule de poil toute noir avec de grande oreille, il s'appelait Modoki Mokona et Fujitaka avait cru un instant avoir à faire à un lointain cousin de la famille de Kéro mais « Mokona était Mokona »... la bête l'avait répété plusieurs fois, alors autant ne pas l'offusquer. C'était en bref, une bien drôle famille de fous qui vivait dans cette étrange boutique.

Encore maintenant, Fujitaka n'avait toujours pas compris ce qui s'était passé là-bas, Yuko-san s'était fait une joie de les enguirlander avec des explications vagues, pour ne pas dire incompréhensibles. Sakura et Fujitaka avaient simplement compris qu'ils étaient dans un autre monde et que la maitresse des cartes devait re-capturer une seconde fois toutes les Clow Card. Pour cela, il lui fallait un sceptre ; hors celui de la jeune magicienne était devenue de la poussière. Heureusement, tout s'était réglé en très peu de temps car Yuko Ichihara exauçait les vœux et donner une nouvelle clé magique à Sakura s'était révélée un jeu d'enfant... bien sur si cette dernière payait une compensation en échange.

En gros, toute cette histoire avait vraiment été une difficile conversation où tout se mélangeait. Fujitaka n'avait pas osé poser de questions supplémentaire à la sorcière : car Yuko Ichihara savait se montrer intimidante. Surtout qu'elle s'était comporté très bizarrement envers lui... en fait, il avait semblé que l'aura magique de Fujitaka avait réveillé une ancienne 'haine' chez la sorcière, un sentiment qu'elle avait tant bien que mal essayé de refouler en elle. Cela avait était une très dure tache de voir pareil ressemblance entre Fujitaka et Clow Read... Les dents de Yuko avaient fortement grincé.

Kinomoto-san quitta la boutique avant sa fille, se voyant offrir un transport magique rapide, ceci grâe aux deux jumelles qui avaient le don de téléportation. Une fois chez lui, le papa fit soulagé de croiser son fils dans sa chambre et afin de ne pas perdre de temps, il s'était mis au fourneau afin de préparer le repas du soir. Sakura revint tard dans la nuit mais son retard fut pardonner car elle avait ramené sa meilleure ami, Tomoyo Daidoji. Ce n'était pas tout, Mokona, la boule de poil de la boutique passa en coup de vent pour apporter une petite humanoïde robotique à la Card Captor. Sous le nez de Fujitaka et des deux petites filles, la toute petite Sumomo se présenta. Il s'agissait d'une minuscule fillette de la taille d'une main, légère comme une plume et qui possède un caractère très sportive. Elle aimait réveiller les gens le matin avec des Cymbales. Et … elle jouait très mal. Ainsi s'était terminer son premier jour dans le monde parallèle, tous étant aller se coucher dans leurs lits pour dormir.


La journée du Lendemain fut tout aussi éprouvante, Fujitaka partit en voiture jusqu'à Tokyo, pour se mettre à la recherche d'âme en peine. Sa fille s'occupait pour sa part de fouiller Tomoéda. À Tokyo, plus précisément dans un Fast Food, Kinomoto-san avait rencontré un jeune étudiant. Il s'appellait Doméki et la carte du Sucre leur fit une petite crise de crème glacé. Heureusement, Fujitaka réussit à la capturer à temps. A cet instant, la carte était paisiblement dans la poche du professeur. Avant de ramener Doméki chez lui, ils avaient bifurqué pour faire un tour à la mairie de Tokyo. C'est sur place que Mokona Noir de la Boutique apparut une seconde fois à l'improviste et tomba sur la tête du professeur. Avant de repartir à une vitesse folle, Mokona laissa dans les mains du Monsieur Kinomoto une seconde poupée. Encore une. Mais cette fois ci, elle s'appelait Kotoko et la minuscule Miss aux cheveux bleux possédait un caractère sévère et dure. Doméki, Fujitaka et Kotoko entrèrent par la suite dans la mairie mais comme ils n'y trouvèrent rien, ils en repartirent bredouille. Une fois Doméki ramenait chez lui, Fujitaka fit le trajet du retour, rentrant chez lui à Tomoéda. Une carte en poche et une poupée sur le siège passager. Ainsi s'achevait son aventure... pour le moment.

- Kotoko n'est pas contente, Maitre Fujitaka n'a pas respecter la limitation de vitesse.
- Je ne l'ai pas dépassé de beaucoup, j'aurais pu faire pire.
- Kotoko ne l'accepte pas.
- Tu n'acceptes pas beaucoup de chose.

Et la petite poupée se mit à bouder. Enfin dans les rues de Tomoéda, il traversa une allées de cerisiers et puis bientôt, passa devant le lycée de son fils Toya. Il passa devant le portail et roulant doucement, cela put lui permettre d'apercevoir une forme allongée sur un banc. Sans réfléchir plus d'avantage, il stationna sa voiture au milieu de la route et poupée sur l'épaule, il se dirigea vers la silhouette visiblement endormi. Plus il s'approchait, plus il discernait l'individu, il ne pouvait pas se tromper, c'était bien Yukito. Celui-ci dormait, ses cheveux gris, presque à reflet argenté reconnaissables. Le père de Sakura était tout souriant et appréhender la reaction de son fils car Toya allait être fou de joie quand il l'aura ramener à la maison. Kotoko sauta sur le banc et commença à marcher sur la forme d'emprunt du gardien lunaire. Ses petits petons ne laissant aucune trace sur les vêtements qu'elle piétinait sur son passage.

- Yukito Tsukishiro doit se réveiller.
- Yukito-kun ? Réveille toi.
- Ce n'est pas l'heure de dormir.
- Kotoko, ne te mets pas si proche de son visage, il va prendre peur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 
Comme la brise... [Fujitaka Kinomoto]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Et mon verre s'est brisé comme un éclat de rire [ Pv : Aliénor ]
» Mon verre s'est brisé comme un éclat de rire.[Alfred]
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CLAMP's World :: Tomoeda :: Lycée Seijo-
Sauter vers: